News

Zoom sur Tocqueville France ISR

par Option Finance

Le fonds Tocqueville France ISR investit depuis 2003 sur les valeurs françaises. Il s’appuie sur deux grands moteurs de performance. D’abord, les grandes valeurs du CAC 40 qui reflètent le rayonnement du savoir-faire français à l’international, notamment l’industrie du luxe, mais aussi des industriels. Ces entreprises sont tournées vers l’international et bénéficient de la croissance mondiale et de la montée en puissance des économies émergentes. En parallèle, le fonds investit également sur des petites et moyennes capitalisations. La cote française regorge en effet d’un vivier de sociétés plus petites dans des secteurs d’activité divers et qui affichent une forte croissance. « Les secteurs des semi-conducteurs ou encore le conseil aux entreprises et en innovation sont présents en France comme de nombreuses entreprises en forte croissance », explique Pierre Schang, gérant chez Tocqueville Finance. Le fonds associe ainsi différents styles afin de profiter des meilleures opportunités du moment, tout en investissant dans une optique de long terme. En effet, bénéficiant du label d’Etat ISR, il intègre les critères ESG (environnement, social et gouvernance) dans sa sélection. Le process s’appuie sur un outil propriétaire développé par la Banque Postale Asset Management (LBPAM), la maison-mère de Tocqueville Finance. Ce dernier agrège les notes ISR décernées par les différentes agences spécialisées pour 9 000 sociétés dans le monde.

Questions à… Pierre Schang, co-gérant du fonds

Pourquoi choisir un fonds centré sur les actions françaises ?

Nous considérons que la France se situe à un moment de retournement historique au même titre que l’Allemagne lors du mandat de Gerhard Schröders au début des années 2000. Des réformes ont été menées lors de ce quinquennat qui ont permis à la France de se transformer. C’est le cas sur le marché du travail, mais aussi en matière de baisses d’impôts. Entre la seconde partie du mandat de François Hollande et le mandat d’Emmanuel Macron, les impôts ont été réduits de 50 milliards d’euros et cela devrait continuer sous le prochain mandat. La baisse du chômage est historique à 7,4 % et les économistes commencent à évoquer la possibilité du plein emploi. Par ailleurs, la France est particulièrement bien positionnée pour tirer profit du nouveau cycle de croissance mondiale. Les économies émergentes sont en train de mûrir, elles transitent vers des modèles davantage portés par la consommation des ménages. L’accroissement de la classe moyenne voire supérieure dans ces pays se traduit par une hausse de la consommation de produits de luxe et par une volonté de voyager qui constituent deux spécialités de l’économie française. De même, la France dispose d’une expertise dans le nucléaire, les énergies renouvelables et cherche à créer une nouvelle filière dans l’hydrogène vert, des secteurs indispensables pour lutter contre le réchauffement climatique.

D’un point de vue conjoncturel, l’économie française ne sera-t-elle pas affectée par la guerre en Ukraine ?

La guerre modifie l’environnement de marché, elle accentue une tendance déjà présente à savoir la hausse de l’inflation et devrait avoir un impact important sur les marchés obligataires. Dans ce contexte, le marché des actions françaises dispose d’atouts à travers l’existence d’un grand nombre de valeurs défensives dans la distribution, les télécommunications ou la santé dont les valorisations sont, selon nous, attractives et qui peuvent permettre de manœuvrer durant cette période délicate

 

 

 

Article classé dans :

Article lié au gérant :